Neuf Jours en Trois-Mâts

La côte du débarquement : La côte de Nacre

La côte de nacre, façade maritime du Calvados fut le principal théâtre d’une gigantesque opération militaire.


 
Le débarquement destiné à libérer l’Europe du joug nazi. La mer et le temps n’ont pas encore réussis à effacer les vestiges de ces jours de juin 1944. Face à Arromanches, les pontons en béton du port artificiel Mulberry remorqués depuis la Grande-Bretagne défient toujours les vagues. Ces structures donnent la mesure du pari de l’époque.

 

 
La Normandie et ses plages sont devenues symboles d’héroïsme , de courage, d’abnégation et de victoires. Omaha, Utah, Sword, Juno, autant de noms qui sonnent désormais comme un seul.

Sur les hauteurs d’Omaha beach, le cimetière américain de Colleville sur mer est là pour en rappeler le terrible prix. Sur ce bout d’Amérique, concession perpétuelle offerte par la France aux Etats-Unis, s’alignent les tombes de 9387 soldats américains tombés pour la plupart à quelques mètres dans le sable glacé du petit matin.

 
Cette partie du Cotentin est jalonné de souvenirs de la seconde guerre mondiale. Pas un village qui n’est désormais son petit musée. La pointe du Hoque fait partie des sites les plus fréquentés.
Le 6 juin 1944, des rangers grimpèrent à l’assaut de ces falaises pour mettre hors d’usage des canons. Efforts inutiles, ils avaient été déplacés à l’intérieur des terres. Sur les 225 hommes qui débarquèrent ici, plus de la moitié étaient morts deux jours plus tard.

 

 
En poursuivant la route le long du littoral, les bunkers se font plus rares. Il est temps de quitter une époque pour une autre plus lointaine.

 
Texte et photos extraits de l’émission Entre ciel et mer Arte.

Commentaires Facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *