Neuf Jours en Trois-Mâts

Les voiliers

L’étoile du roy

C’est l’un des grands voiliers que vous découvrirez à Ostende.

Etoile du Roy, frégate corsaire malouine 3 mâts

Etoile du Roy (ex-Grand Turk) est une frégate corsaire de 47 mètres, réplique d’une frégate corsaire malouine du XVIIIe siècle. Son port d’attache est la cité corsaire de Saint-Malo.

Il est le second plus grand navire traditionnel français, navire amiral de la flotte Etoile Marine.

Ce navire 3 mâts carré de 310 tonneaux avec 240 hommes d’équipage était armé de 20 canons. En temps de guerre, l’Amiral de France délivrait une lettre de marque au capitaine pour partir à la course, l’autorisant ainsi à attaquer les bâtiments ennemis du Roy. Bâtiment rapide et maniable mais surtout polyvalent, capable d’éviter les écueils des mers du Ponants, de traverser les océans et de freiner par ses 20 canons la convoitise des ennemis de toutes natures attirés par leurs riches cargaisons, la frégate malouine possédait nombre d’atouts enviables.

Etoile du Roy, dont la capacité d’accueil est de 350 personnes à quai et de 120 personnes (hors équipage) en navigation.

La goélette à trois-mâts

Le Bel Espoir II est une goélette à trois-mâts

Le Bel Espoir II est une goélette à trois-mâts

A : Beaupré

B : Mâts de misaine

C : Grand mât

D : Mât d’artimon

  1. Clinfoc
  2. Grand foc
  3. Faux foc
  4. Trinquette
  5. Misaine
  6. hunier
  7. Perroquet
  8. Voile d’étai de grand hunier
  9. Grand-voile
  10. Grand-flèche
  11. Brigantine
  12. Flèche-en-cul

Le jantje

Voici un autre gréement que vous apercevrez à Ostende le 1er juin.

Jantje a été lancé en 1930 en Hollande pour servir de bateau de pêche. Puis il a été équipé d’un vivier pour pouvoir transporter des poissons vivants. Il a pratiqué ce commerce jusqu’en 1969, changeant plusieurs fois de propriétaire et de nom.
En 1977, le bateau a été restauré et transformé en brick-goélette par ses nouveaux propriétaires hollandais, Harry et Marian Mütter. Il est homologué pour 12 passagers en croisière et 26 en croisière.Le bassin de croisière s’étend à la mer du Nord et à la Manche ; Jantje vient souvent en Bretagne et participe aux rassemblements de bateaux traditionnels.

Brick

Un brick-goélette (encore appelé brig-goëlette ou brigantin)C’est un voilier à deux mâts avec un mât de misaine et un grand’mât (sur l’arrière). Un brick étant généralement gréé en voilier à deux phares carrés, le brick-goélette possède sur le grand’mât une très grande voile aurique (brigantine) seulement et éventuellement une voile de flèche et des voiles d’étai. Avec un beaupré assez allongé, il pouvait porter des surfaces de voiles très importantes.
Très rapides, assez manœuvrants, ils ont été fortement utilisés vers la fin XVIIIe siècle et au XIXe siècle comme naviresnégriers, corsaires, forceurs de blocus. Leur évolution à la pêche sera la base des terre-neuviers et l’allongement de leur coque avec l’implantation d’un troisième mât en fera des clippers.

Le Mercator

C’est le dernier des voiliers, présent à Ostende, que je propose.

Le Mercator a servi de navire-école de la Marine marchande belge, le cinquième voilier ayant eu ce rôle. Il a aussi réalisé des missions scientifiques, hydrographiques et géographiques ; notamment dans le Pacifique (de l’île de Pâques, il a ramené une statue exposée au musée d’art et d’histoire de Bruxelles.
A l’origine, le navire était gréé en goélette à trois-mâts et hunier ; un des plus grands bateaux à être gréé de cette façon : les voiliers de cette taille sont en général des trois-mâts barques,souvent même des trois-mâts carrés.
Réquisitionné par les Anglais durant la 2ème guerre mondiale, alors qu’il était au Congo belge, il sert de dépôt en Sierra Leone. Revenu dans son pays d’origine en 1947 en mauvais état, restauré, il reprend son activité de voiler-école en 1950 et participe à des courses de grands voiliers. II est utilisé comme musée à Oostende depuis 1961, mais prend parfois la mer pour des parades au large de son port d’attache. Il s’est également rendu en 2001 à Dunkerque pour le centenaire de son « voisin », la duchesse Anne. Il ne peut pas quitter Oostende plus de 90 jours.
Mercator est amarré dans un bassin à flot qui porte son nom et est également utilisé comme port de plaisance. L’encombrement du bassin permet de supposer que les appareillages et les retours au poste d’amarrage ne doivent pas être simples. En plus de son intérêt maritime, le musée présente des objets « exotiques » rapportés lors des expositions du navire.

Le mercator, comme le Bel Espoir, est un trois mâts goëlette.
Un trois-mâts goélette ou gréement en barquentin (ne pas confondre avec une goélette à trois mâts) est un navire à voiles comportant trois mâts, dont le mât situé à l’avant (le mât de misaine) est gréé en voiles carrées, tandis que les deux autres mâts (grand mât et mât d’artimon) ont des mâts de flèche et portent des voiles à cornes et des voiles de flèche (gréement aurique). Des voiles d’étai sont hissées entre les mâts. Elle peut être également une goélette à hunier. Certains trois-mâts goélettes construits en Pologne portent un gréement particulier : un phare carré au mât de misaine, un gréement à corne sur le grand mât et une voile bermudienne au mât d’artimon.
Ces types de gréement sont apparus dans la deuxième moitié du xixe siècle. Ils ont été souvent utilisés pour les terre-neuvas car ils nécessitent un équipage moins nombreux que les autres trois-mâts, ou plus (pour les réductions de voilure, la montée dans les mâts est réduite au seul mât de misaine).

Voile3

Et pour compléter, et comprendre les voiliers, voici la typologie des gréements de grands voiliers :

Voile4

La typologie des gréements à plusieurs mâts repose essentiellement sur le nombre et la disposition des phares carrés.

Un phare est l’ensemble d’un mât et des voiles portées par ce mât.

On appelle phare carré un mât avec des voiles rectangulaires ou trapézoïdales, fixées à des espars horizontaux (vergues). Ces voiles sont dites des voiles carrées.

Le phare goélette est un mât, sans aucune voile carrée, avec une voile à corne (voile goélette).

Il y a enfin le phare carré complet qui est un phare carré comportant une voile goélette (les mâts d’artimon des quatre-mâts carré, trois-mâts carré, bricks, ainsi que les mâts de misaine des goélettes carrées, sont des phares carrés complets).

Ce qui peut paraître de prime abord complexe est en fait simple. Un dessin vaut mieux que tous les longs discours :

Voile5

Sources : carnet maritime.com

Commentaires Facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *